Olivier Rougy : 06 63 91 85 68, rougy.o@gmail.com - Marie-Thérèse Rougy Boillon : 06 29 07 10 68, marie.rougyboillon@gmail.com

Son origine:

En 1999, Mia Elmsäter, suédoise, et Sylvie Hétu, Québécoise, issue du monde de l’Education, instaurent un programme de massage, le MISP, qui s’adresse aux écoliers de 4 à 12 ans. Ce programme est d’abord mis en application dans les écoles du Royaume-Uni, où il obtient un franc succès. Aujourd’hui il est pratiqué dans plus de 1300 écoles à travers le monde.

 

Objectifs :

Permettre aux enfants de 4 à 12 ans de vivre, à l’école, des expériences de toucher sain et nourrissant dans un cadre sécuritaire. Tous les jours, partout dans le monde…

Offrir aux adultes bienveillants une formation et des outils afin qu’ils puissent appliquer et faire appliquer le programme de Massage dans les écoles, en activités parascolaire, mais aussi dans les familles.

Ses caractéristiques :

  • Aucun adulte ne pose la main sur un enfant
  • Les enfants se massent les uns les autres
  • Le massage se fait sur vêtements
  • les enfants se demandent la permission et se remercient
  • L’adulte guide les mouvements des enfants

Les effets bénéfiques :

  • Exerce un effet calmant et réduit les niveaux de stress
  • Diminue l’agressivité
  • Améliore la concentration
  • Favorise l’empathie
  • Amène une meilleure connaissance de soi et des autres
  • Assure un meilleur fonctionnement du système nerveux autonome
  • Peut devenir un outil de gestion pour améliorer les relations entre enfants ou à la maison.

A la lumière de nos connaissances actuelles en neuropsychologie, il est clair que le massage contribue entre autres à stimuler la production d’ocytocine. Cette hormone, aussi appelée hormone de l’amour ou calmante, est la plus connue pour son action à l’expulsion du lait lors de l’allaitement et à l’expulsion du bébé lors de l’accouchement. Les recherches montrent également qu’elle agit comme un neurotransmetteur puisqu’elle est abondante dans le sang, la circulation sanguine s’en trouve augmentée. D’après des études comparatives, le cerveau d’un enfant qui a reçu des massages ou qui a été souvent touché est de 20 à 30% plus stimulé.